Cake_Beauty_Products_Poster_by_carts

Depuis ma naissance je traîne, bien malgré moi, quelques tares dont la seule évocation me provoque une espèce de vertige suivi de picotement sur tout le corps, avec pression continue des mâchoires.

Je suis d'une nature extrêmement timide, je suis vite terrorisée à l'idée de parler à un homme en cravate et manucuré. Appelez le  monsieur le président, et je suffoque littéralement.

Pour mon grand bonheur aujourd'hui j'étais invitée à un lunch très formel à la résidence de l'ambassade avec que des présidents manucurés , je suis sensé être moi-même 'un homme d'affaire' mais en jupe et  sans manucure , j'ai essayé de cacher mes doigts tous foutus , c'est dur .

Lors de l'échange de cartes de visites que j'extirpe difficilement du fond de ma besace aussi profonde qu'une crevasse de glacier ,alors qu'ils ont dégainé de petites boîtes toutes plates avec leurs initiales gravées dessus ,desquelles  ils sortaient leur business cartes avec la dextérité de croupier de black jack .

Je rencontre notre nouvelle consul, c'est une dame charmante qui me demande si nous nous sommes déjà vues .non mais j'ai rencontré votre mari la semaine dernière, ha bon et ou ça ?

Et là je viens de faire une grosse gaffe.

Quand on vous pose une question, vous visualisez l'image imprimée dans votre mémoire  puis répondez tranquillement en décrivant l'image.

le problème est que c'était en plein milieu du désert , j'étais accroupie sur un trou de wc à la turque ,dans une cabane en taule ondulée pleine de mouches  et que j'avais demandé a ce monsieur de me tenir la porte . C'est au rythme  du mon trilili que nous avons ainsi engagé la conversation ,lui m'expliquant qu'il était le mari de la consul : et vous que faites-vous au Koweit et depuis combien de temps bla bla , je répondais sur un ton : celui qu'on a quand on est accroupi dans un environnement qui pue la mort , que ce n'était pas vraiment le lieu pour lui décrire mes activités professionnelles .

Ça c'est l'image

J'ai un quart de seconde pour ne pas rougir, ne pas dire une connerie, mentir ça prend trop de temps , bref je me mets en mode virtuel , le monde réel n'existe plus , et je balance : dans le désert ,nous faisions la queue aux toilettes à la journée pétanque . Voila mon étiquette était faite, j'allais en un instant perdre toute crédibilité au beau milieu des présidents du CAC 40 en visites.

les conversations continuent quand le président de machin truc commercial franco arabe me pose une question probablement pertinente mais juste au moment une arête de poisson venait m'écorcher le gosier dans une lente et douloureuse descente , pas question de régurgiter à la face de mon voisin sexagénaire ,respectable et aussi sérieux qu'une porte de ministère , je dois subir ma torture tout en répondant sans la moindre larme , purée! je suis sur le point de mourir ! .il faut être pervers pour servir du poisson avec des arêtes aussi solides que des aiguilles de tapissiers , personne sauf moi n'a l'aire de s'être fait harponner ou alors ils sont super entraînés .

Alors qu'on m'explique dans un langage a peine compréhensible avec plein d' abréviations, en messages codés … c'est la panique , mais de quoi ils causent . On s'adresse a moi en terme de pont. Je suis un pont,… qui essaye d'avaler une saloperie d'arête de poisson et qui souffre en secret.

Le pont entre la France et Lalaland . Bref appelez moi un tube ça me va aussi. l'os de poisson enfin passe l'œsophage,je m'inquiète de la suite de son trajet , le mode virtuel 'on' je prend enfin la parole : le pont il s'est un peu trop souvent retrouve en ras d'eau tout seul pare ce qu'il faudrait arrêter de mètre les entreprises en faillite en amont avant de livrer la marchandise en aval .

Oups ! Ca passe mal !

Sauver pas le délice au chocolat a la crème chantilly (sans sucre) . Café et bye bye .

Purée j'ai honte . . . j'ai envie de me cacher !!!! . Mais quelle gourdasse !